Une hémorroïde est maladie veineuse rencontrée dans la partie anale ou rectale. Il s’agit d’une affection très répandue qui touche principalement les individus entre 20 et 70 ans sexe confondu. Comme toute autre insuffisance veineuse, cette affection est en particulier causée par une posture debout ou assise prolongée. Elle provoque une gêne et un inconfort plus ou moins importants d’autant plus que la maladie se trouve à un stade avancé. Types, symptômes, traitement et prévention… découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les hémorroïdes.

Quel est mon type d’hémorroïde ?

Les hémorroïdes sont une maladie veineuse. Les veines situées dans la zone ano-rectale perdent leur élasticité, se dilatent et entrainent une excroissance visible ou pas dans la lumière anale.

Il existe deux types d’hémorroïdes : hémorroïdes internes et hémorroïdes externes.

Une hémorroïde externe se manifeste à l’orifice anal. Elle crée une protubérance sous la peau qui est visible à l’œil nu. Elle est plus sensible, car il existe de nombreuses terminaisons nerveuses dans cette région. Aussi, le risque de coagulation de sang pour ce type d’hémorroïde est plus important par rapport à l’hémorroïde interne.

Une hémorroïde interne quant à elle, intéresse l’intérieur de l’anus ou la partie inférieure du rectum. Elle tend à évoluer vers différents stades si aucune prise en charge adéquate n’est effectuée.

  • Premier degré : l’hémorroïde se trouve à l’intérieur de l’anus et n’en sort pas.
  • Deuxième degré : elle sort de l’anus pendant la selle et revient en place après l’effort de poussée.
  • Troisième degré : elle sort de l’anus et requiert une intervention manuelle et délicate du sujet pour être replacée.
  • Quatrième degré : l’hémorroïde sort de son emplacement de manière permanente.

Quels sont les signes d’une hémorroïde ?

Reconnaitre une hémorroïde n’est pas très compliqué. Voici les symptômes les plus courants de cette maladie vasculaire.

  • Une sensation de gêne ou d’inconfort dans la région anale,
  • Une sensation de brûlure, de démangeaison ou d’enflure,
  • Des saignements ou des douleurs lors de la défécation,
  • Une protubérance sensible qui sort de l’orifice anal (2e, 3e, 4e degré d’une hémorroïde interne).

Que faire en cas de crise ?

En cas de crise d’hémorroïde, il convient de prendre certaines précautions et faire les bons gestes. Entre autres, vous ne devez pas réprimer l’envie d’aller à la selle pour éviter la douleur. Cela ne fera que favoriser une constipation ce qui risque d’empirer la situation. Il est recommandé d’aller régulièrement aux toilettes afin d’obtenir une selle molle, facile à évacuer. Aussi, il n’est pas nécessaire d’insister avec des efforts de poussée. Dans l’idéal, vous devez y retourner quand vous aurez réellement envie.

Si vous rencontrez une de ses circonstances, consultez votre médecin dans les jours qui suivent :

  • Vous appréciez des saignements plus ou moins importants lors de la défécation,
  • Votre anus démange pendant une période assez longue,
  • Vous ne supportez plus la douleur de l’hémorroïde,
  • Même après 48 h d’automédication, la douleur persiste toujours.

Si votre médecin vous a déjà examiné et a déjà prescrit des médicaments ou une crème anti-hémorroïde, vous pouvez continuer en auto médication en cas de nouvelle crise.

Quels sont les traitements de l’hémorroïde ?

Les traitements hémorroïde courants sont à base d’antalgique afin de calmer la douleur et restaurer le confort du patient. Le médecin peut, entre autres, prescrire une crème anti-hémorroïde qui s’obtienne généralement sans ordonnance dans les pharmacies. Le médecin peut également proposer une ligature ou une sclérose de la veine dilatée. Aussi, un traitement chirurgical est également envisageable dans les cas extrêmes.

Le traitement de cette maladie varie selon le degré de sa gravité. Dans tous les cas, prendre des mesures de prévention s’avère toujours utile pour éviter les complications de l’hémorroïde.

Comment la prévenir ?

Vous pouvez prévenir une hémorroïde grâce à des gestes simples.

Lutter contre la constipation est primordial

La constipation est l’un des facteurs qui favorisent cette insuffisance veineuse. Vous devez privilégier une alimentation saine et riche en fibre alimentaire (légume, fruit…). Il est également nécessaire de boire suffisamment pour obtenir une selle molle. Enfin, vous ne devez pas attendre trop longtemps avant d’aller à la selle. L’idéal, c’est d’y aller régulièrement.

Pratiquer de l’exercice physique régulièrement pour prévenir les hémorroïdes

Faire du sport de manière régulière permet d’entretenir la santé des vaisseaux sanguins. Il est essentiel pour prévenir les hémorroïdes et les varices.

Éviter de rester debout ou assis pendant trop longtemps

La première règle pour garder l’élasticité des veines est : soit vous marchez, soit vous vous mettez en position allongée, ne jamais rester assis ou debout trop longtemps. Si par votre travail, vous êtes obligés de rester sur une chaise de bureau pendant une assez longue durée, pensez à votre confort et dégourdissez-vous les jambes régulièrement.

Identifier et éviter les aliments responsables des crises d’hémorroïde

Certains aliments sont à l’origine de votre cire d’hémorroïdaire. Quand c’est le cas, recensez tout ce que vous avez mangé dans les heures qui précèdent la crise. Ainsi vous allez reconnaitre l’aliment en cause et l’éviter à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *